Beaux-Arts et décoration intérieure : quelle différence ?

Aux yeux d’un profane, la décoration intérieure et les beaux-arts semblent vouloir dire pareil mais ce n’est pas vraiment le cas. En effet, pour les professionnels et initiés de la chose, il existe bel et bien une différence entre ces deux domaines pourtant si étroitement liés. Cela vient du fait que la culture française a longtemps hiérarchisé ces domaines artistiques. Dans cet article, on se propose d’explorer les deux notions afin de mettre en lumière la frontière qui semble les séparer.

Les beaux-arts dans la culture française

Durant plusieurs siècles, les beaux-arts étaient encore appelés les « arts majeurs ». On y retrouve les disciplines suivantes : l’architecture, la sculpture, la peinture, la danse, la musique, et la poésie.

Les galeries d’art, les salles de théâtre ou encore les salles d’opéra représentent alors des temples témoignant de toute la quintessence de ces beaux-arts. Cliquez ici pour vous rendre compte de toute la majesté qui caractérise ces métiers. Plus tard au xxe siècle, le cinéma fit son entrée dans le panthéon des beaux-arts et c’est la raison pour laquelle il est appelé le « septième art. »

La décoration intérieure vue par la culture française

La décoration intérieure, quant à elle, fait partie de ce que l’on appelle les « métiers d’arts » dans la culture française. Contrairement aux beaux-arts, les métiers d’arts sont beaucoup plus nombreux et on les désignait autrefois par l’expression « arts mineurs ». En voici quelques-uns : le design, le stylisme, la joaillerie, la céramique, la verrerie, etc.

Même si les professionnels de ces secteurs d’activités appelés arts mineurs n’en demeurent pas moins méritants, ceux qui exercent dans les beaux-arts jouissent d’un plus grand prestige. Mais d’où vient cette dichotomie ?

La frontière entre beaux-arts et décoration intérieure

Dans les années 20, trouvant difficile de vendre leurs œuvres d’art, de nombreux artistes se sont évertués à les incorporer dans la vie quotidienne de leur client, en en faisant des décorations d’intérieur. Mais les temps changent et les principes de décorations changent aussi. Ainsi, les beaux-arts se sont retirés des intérieurs pour s’installer dans des galeries ou des théâtres.

Ainsi, la différence se situe tout simplement dans les vocables autrefois utilisés pour désigner ces deux grands groupes de métiers. Parler d’arts majeurs et mineurs donne une impression de supériorité alors que le réel sens de ces expressions fait référence au degré d’investissement et d’apprentissage requis pour les maîtriser. Quoique de nos jours, cela est tout à fait superflu. La décoration intérieure par exemple va au-delà d’un simple exercice de débutant.

Laisser un commentaire